LIFTING DU VISAGE

LE LIFTING MEDIOFACIAL
Le lifting centrofacial agit sur les paupières inférieures, le creux des cernes et la pommette.

Ce lifting est envisagé lorsque le(la) patient(e), devant le miroir, corrige par une traction verticale vers le haut des pommettes, certaines des disgrâces liées au vieillissement. Ce lifting ne convient pas à tous les patients et l’indication ne pourra être retenue que par le chirurgien.
  • Modalités d'hospitalisation : ambulatoire ou une nuit d'hospitalisation
  • Anesthésie : générale ou diazanalgésie (anesthésie « vigile »)
  • Durée d'intervention : 2 heures

Principes de l'intervention :
Deux incisions sont habituellement nécessaires à la réalisation du geste chirurgical. Une première incision est située au niveau de la paupière inférieure, juste sous les cils et se prolonge dans la patte d’oie, afin de rester discrète. Une deuxième incision est dissimulée dans la partie chevelue de la région de la tempe. Ces deux incisions réalisées, de chaque côté, permettent au chirurgien de procéder à un décollement du plan profond sous-périosté (au contact de l’os). En fonction du chirurgien, la suspension verticale des pommettes sera réalisée soit au moyen de fils, soit par des systèmes d’ancrage résorbables plus sophistiqués. L’excédent de paupière inférieure est réséqué en fin d’intervention.

Suites opératoires :
La sortie a lieu le soir même ou le lendemain, habituellement sans pansement. Un collyre hydratant (gouttes dans les yeux) peut être prescrit. Un traitement antalgique et anti-inflammatoire est également prescrit.
Les premiers jours, il faut se reposer au maximum et éviter tout effort violent. Au cours de ces premiers jours, le patient ne doit s’étonner ni s’inquiéter :
  • d’une hypercorrection,
  • d’un Oedème diffus du visage (gonflement) qui peut s’accentuer rapidement (il est plus marqué le deuxième jour que le premier). Il peut dans certains cas être asymétrique.
  • d’ecchymoses (bleus) dans la région des paupières
  • d’une irritation non douloureuse de l’oeil (rougeur de l’oeil)
  • d’une sensation cartonnée du cadre osseux périorbitaire

Résultat :
Au bout de six à huit semaines, on peut avoir une bonne idée du résultat définitif. Il n’apparaît cependant stable qu’entre le troisième et le sixième mois. Les cicatrices sous ciliaires sont parfois encore rosées pendant 3 mois, mais se camouflent aisément par le maquillage. La cicatrice temporale, même rouge et indurée, est parfaitement dissimulable dans les cheveux. Elle ne commence parfois à s’atténuer que dès le sixième mois. Grâce à l’apport du lifting centro-facial, l’effet de rajeunissement est appréciable avec un résultat esthétique qui reste toutefois naturel et harmonieux.

Cette amélioration physique s’accompagne habituellement d’un bien être psychologique. A long terme, le vieillissement continue à faire son oeuvre et le visage continue à subir les outrages du temps. Un entretien du visage avec des traitements spécifiques de l’épiderme (laser, lampes pulsées..) et avec des injections de produits de comblement et de toxine botulique aide à maintenir le résultat plus longtemps. Une nouvelle intervention, souvent plus modérée, peut être parfois nécessaire..lien fiche sofcrpe

LE LIFTING TEMPORAL
Le lifting temporal permet d’améliorer les stigmates du vieillissement de la région de la tempe. Cette région se situe entre les régions frontale et cervico-faciale qui peuvent bénéficier aussi d’un lifting. Le lifting temporal qui peut être réalisé isolément est, en pratique, souvent associé à une chirurgie des paupières (blépharoplastie).

Cette intervention permet de traiter l’affaissement de la partie latérale du sourcil, de déplisser la patte d’oie et de mettre légèrement en tension la peau de la partie externe des paupières.
  • Modalités d'hospitalisation : ambulatoire ou une nuit d'hospitalisation
  • Anesthésie : anesthésie générale ou diazanalgésie (anesthésie « vigile »)
  • Durée d'intervention : 30min à 1 heures
Principes de l'intervention :
L’affaissement des tissus est essentiellement cutané dans cette région.
Le lifting temporal est effectué au moyen d’une cicatrice siègeant :
  • soit dans les cheveux (cicatrice intracapillaire) mais au prix d’un recul de la ligne chevelue,
  • soit au ras de la ligne chevelue (cicatrice précapillaire) mais avec le risque d’une certaine visibilité cicatricielle.
Suites opératoires :
La sortie pourra intervenir soit le soir, soit le lendemain de l’intervention lorsque d’autres interventions ont été pratiquées dans le même temps opératoire. Les premiers jours, il faut se reposer au maximum et éviter tout effort violent.
Au cours de ces premiers jours, l’opéré(e) ne doit ni s’étonner ni s’inquiéter :
  • d’un petit bourrelet cutané à la partie supérieure de la cicatrice temporale,
  • d’un Tmdème (gonflement) qui peut être plus accentué le troisième jour que le premier,
  • d’ecchymoses (bleus) dans la région
  • d’une sensation de tension douloureuse au niveau des tempes
En cas de cicatrices intracapillaires, celles-ci ne sont pas visibles les cheveux coiffés. Les fils de suture ou les agrafes placés au niveau du cuir chevelu sont ôtés au 8ième jour post-opératoire.
En cas de cicatrices précapillaires, celles-ci sont visibles mais seront estompées à partir du 4ème mois post-opératoire par la repousse des cheveux au travers d’elles. Elles peuvent bien
sûr se maquiller les premiers mois.

Résultat :
Au bout de deux à trois mois, on peut avoir une bonne idée du résultat final. L’amélioration physique s’accompagne en règle générale d’un mieux être psychologique. Si dans les quelques années qui suivent, l’indication d’un lifting cervico-facial était posée, une nouvelle intervention au niveau temporal ne serait pas nécessaire. Des injections de toxine botulique espacées et régulières dans les fibres orbitaires du muscle orbiculaire permettent de maintenir plus longtemps le résultat en diminuant l’effet abaisseur de ce muscle sur la queue du sourcil. Par contre, le processus de vieillissement de la peau continue et l’entretien de cette dernière par des procédés médicaux et cosmétiques est tout à fait conseillé.

Un lifting peut être associé à d'autres techniques de médecine esthétique (injections, peeling, laser) ou de chirurgie esthétique afin de rajeunir de manière harmonieuse l'ensemble du visage, d'optimiser et d'entretenir le résultat :
  • Injections de botox (toxine botulinique ou botulique) : traitement des rides (de la patte d'oie, de la glabelle et du front), remonter les sourcils et éclaircir le regard.
  • Injection de produits de comblement (acide hyaluronique ou lipostructure) : traitement des cernes ou restauration du volume des pommettes.
  • Techniques de resurfaçage cutané (dermabrasion, peeling, laser, lampes flash) : traitement de certains aspects de la surface de la peau (peau fripée, taches solaires, ridules)
  • Chirurgie esthétique des paupières : blépharoplastie

LE LIFTING MEDIOFACIAL
Le lifting centrofacial agit sur les paupières inférieures, le creux des cernes et la pommette.

Ce lifting est envisagé lorsque le(la) patient(e), devant le miroir, corrige par une traction verticale vers le haut des pommettes, certaines des disgrâces liées au vieillissement. Ce lifting ne convient pas à tous les patients et l’indication ne pourra être retenue que par le chirurgien.
  • Modalités d'hospitalisation : ambulatoire ou une nuit d'hospitalisation
  • Anesthésie : générale ou diazanalgésie (anesthésie « vigile »)
  • Durée d'intervention : 2 heures

Principes de l'intervention :
Deux incisions sont habituellement nécessaires à la réalisation du geste chirurgical. Une première incision est située au niveau de la paupière inférieure, juste sous les cils et se prolonge dans la patte d’oie, afin de rester discrète. Une deuxième incision est dissimulée dans la partie chevelue de la région de la tempe. Ces deux incisions réalisées, de chaque côté, permettent au chirurgien de procéder à un décollement du plan profond sous-périosté (au contact de l’os). En fonction du chirurgien, la suspension verticale des pommettes sera réalisée soit au moyen de fils, soit par des systèmes d’ancrage résorbables plus sophistiqués. L’excédent de paupière inférieure est réséqué en fin d’intervention.

Suites opératoires :
La sortie a lieu le soir même ou le lendemain, habituellement sans pansement. Un collyre hydratant (gouttes dans les yeux) peut être prescrit. Un traitement antalgique et anti-inflammatoire est également prescrit.
Les premiers jours, il faut se reposer au maximum et éviter tout effort violent. Au cours de ces premiers jours, le patient ne doit s’étonner ni s’inquiéter :
  • d’une hypercorrection,
  • d’un Oedème diffus du visage (gonflement) qui peut s’accentuer rapidement (il est plus marqué le deuxième jour que le premier). Il peut dans certains cas être asymétrique.
  • d’ecchymoses (bleus) dans la région des paupières
  • d’une irritation non douloureuse de l’oeil (rougeur de l’oeil)
  • d’une sensation cartonnée du cadre osseux périorbitaire

Résultat :
Au bout de six à huit semaines, on peut avoir une bonne idée du résultat définitif. Il n’apparaît cependant stable qu’entre le troisième et le sixième mois. Les cicatrices sous ciliaires sont parfois encore rosées pendant 3 mois, mais se camouflent aisément par le maquillage. La cicatrice temporale, même rouge et indurée, est parfaitement dissimulable dans les cheveux. Elle ne commence parfois à s’atténuer que dès le sixième mois. Grâce à l’apport du lifting centro-facial, l’effet de rajeunissement est appréciable avec un résultat esthétique qui reste toutefois naturel et harmonieux.

Cette amélioration physique s’accompagne habituellement d’un bien être psychologique. A long terme, le vieillissement continue à faire son oeuvre et le visage continue à subir les outrages du temps. Un entretien du visage avec des traitements spécifiques de l’épiderme (laser, lampes pulsées..) et avec des injections de produits de comblement et de toxine botulique aide à maintenir le résultat plus longtemps. Une nouvelle intervention, souvent plus modérée, peut être parfois nécessaire..lien fiche sofcrpe

LE LIFTING TEMPORAL
Le lifting temporal permet d’améliorer les stigmates du vieillissement de la région de la tempe. Cette région se situe entre les régions frontale et cervico-faciale qui peuvent bénéficier aussi d’un lifting. Le lifting temporal qui peut être réalisé isolément est, en pratique, souvent associé à une chirurgie des paupières (blépharoplastie).

Cette intervention permet de traiter l’affaissement de la partie latérale du sourcil, de déplisser la patte d’oie et de mettre légèrement en tension la peau de la partie externe des paupières.
  • Modalités d'hospitalisation : ambulatoire ou une nuit d'hospitalisation
  • Anesthésie : anesthésie générale ou diazanalgésie (anesthésie « vigile »)
  • Durée d'intervention : 30min à 1 heures
Principes de l'intervention :
L’affaissement des tissus est essentiellement cutané dans cette région.
Le lifting temporal est effectué au moyen d’une cicatrice siègeant :
  • soit dans les cheveux (cicatrice intracapillaire) mais au prix d’un recul de la ligne chevelue,
  • soit au ras de la ligne chevelue (cicatrice précapillaire) mais avec le risque d’une certaine visibilité cicatricielle.
Suites opératoires :
La sortie pourra intervenir soit le soir, soit le lendemain de l’intervention lorsque d’autres interventions ont été pratiquées dans le même temps opératoire. Les premiers jours, il faut se reposer au maximum et éviter tout effort violent.
Au cours de ces premiers jours, l’opéré(e) ne doit ni s’étonner ni s’inquiéter :
  • d’un petit bourrelet cutané à la partie supérieure de la cicatrice temporale,
  • d’un Tmdème (gonflement) qui peut être plus accentué le troisième jour que le premier,
  • d’ecchymoses (bleus) dans la région
  • d’une sensation de tension douloureuse au niveau des tempes
En cas de cicatrices intracapillaires, celles-ci ne sont pas visibles les cheveux coiffés. Les fils de suture ou les agrafes placés au niveau du cuir chevelu sont ôtés au 8ième jour post-opératoire.
En cas de cicatrices précapillaires, celles-ci sont visibles mais seront estompées à partir du 4ème mois post-opératoire par la repousse des cheveux au travers d’elles. Elles peuvent bien
sûr se maquiller les premiers mois.

Résultat :
Au bout de deux à trois mois, on peut avoir une bonne idée du résultat final. L’amélioration physique s’accompagne en règle générale d’un mieux être psychologique. Si dans les quelques années qui suivent, l’indication d’un lifting cervico-facial était posée, une nouvelle intervention au niveau temporal ne serait pas nécessaire. Des injections de toxine botulique espacées et régulières dans les fibres orbitaires du muscle orbiculaire permettent de maintenir plus longtemps le résultat en diminuant l’effet abaisseur de ce muscle sur la queue du sourcil. Par contre, le processus de vieillissement de la peau continue et l’entretien de cette dernière par des procédés médicaux et cosmétiques est tout à fait conseillé.

Un lifting peut être associé à d'autres techniques de médecine esthétique (injections, peeling, laser) ou de chirurgie esthétique afin de rajeunir de manière harmonieuse l'ensemble du visage, d'optimiser et d'entretenir le résultat :
  • Injections de botox (toxine botulinique ou botulique) : traitement des rides (de la patte d'oie, de la glabelle et du front), remonter les sourcils et éclaircir le regard.
  • Injection de produits de comblement (acide hyaluronique ou lipostructure) : traitement des cernes ou restauration du volume des pommettes.
  • Techniques de resurfaçage cutané (dermabrasion, peeling, laser, lampes flash) : traitement de certains aspects de la surface de la peau (peau fripée, taches solaires, ridules)
  • Chirurgie esthétique des paupières : blépharoplastie