AUGMENTATION MAMMAIRE

L’hypoplasie mammaire est définie par un volume de seins insuffisamment développés par rapport à la morphologie de la patiente. Elle peut être la conséquence d’un développement insuffisant de la glande à la puberté, ou apparaître secondairement par perte du volume glandulaire (grossesse, amaigrissement, perturbations hormonales…).
Le manque de volume peut aussi être associé à une ptôse (poitrine « tombante » avec affaissement de la glande, distension de la peau et aréoles trop basses).

L'augmentation mammaire est une augmentation du volume des seins. Il s'agit soit de corriger une hypoplasie mammaire, c'est-à-dire un manque de développement de la glande mammaire, soit de compenser une hypotrophie mammaire (diminution secondaire du volume mammaire) due à une grossesse, ou lors de modifications hormonales propres à chaque femme. Le but est de valoriser ou rajeunir le buste en réadaptant naturellement son volume. Cette augmentation de volume des seins est effectuée grâce à des prothèses mammaires ou implants mammaires choisi et positionné de manière personnalisée pour chacune des patientes.

L’intervention peut se pratiquer à tout âge à partir de 18 ans. Une patiente mineure n’est habituellement pas estimée apte à subir une augmentation mammaire esthétique.
Cette chirurgie à visée purement esthétique ne peut bénéficier d’une prise en charge par l’assurance maladie. Seuls quelques rares cas d’agénésie mammaire vraie (absence radicale de tout développement mammaire) peuvent parfois espérer une participation de la sécurité sociale après entente préalable.
Les implants mammaires actuellement utilisés sont composés d’une enveloppe et d’un produit de remplissage.

L’enveloppe est toujours constituée d’un élastomère de silicone. En revanche, les prothèses diffèrent par leur contenu, c’est-à-dire le produit de remplissage contenu au sein de l’enveloppe.
L’implant est dit prérempli lorsque le produit de remplissage a été incorporé en usine (gel et/ou sérum physiologique). La gamme des différents volumes est donc fixée par le fabricant.
Les implants gonflables au sérum physiologique sont remplis par le chirurgien qui peut adapter dans une certaine mesure le volume de la prothèse pendant l’intervention.

La grande majorité des prothèses actuellement posées en France et dans le monde sont préremplies de gel de silicone. Ils sont composés de gel de silicone souple, entouré d’une enveloppe étanche, solide et élastique en élastomère de silicone qui peut être lisse ou texturée (rugueuse).

L'INTERVENTION
Chaque chirurgien adopte une technique qui lui est propre et qu’il adapte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats.
Toutefois, on peut retenir des principes de base communs :
Trois voies d'abord sont possibles pour positionner l'implant:

Incisions cutanées :
Il existe plusieurs « voies d’abord » possibles :
  • voies aréolaires, avec incision dans le segment inférieur de la circonférence de l’aréole, ou ouverture horizontale contournant le mamelon par-dessous ;
  • voie axillaire, avec incision sous le bras, dans l’aisselle  ;
  • voie sous-mammaire, avec incision placée dans le sillon situé sous le sein
MISE EN PLACE DES PROTHESES MAMMAIRES
En fonction des caractéristiques anatomiques des seins, le chirurgien choisit la meilleure loge d'implantation des prothèses mammaires pour chaque patiente.
En passant par les incisions, les implants peuvent alors être introduits vers la loge précédemment réalisée. Deux positionnements sont possibles :
  • prémusculaire, où les prothèses sont placées directement derrière la glande, en avant des muscles pectoraux ;
  • rétromusculaire, où les prothèses sont placées plus profondément, en arrière des muscles pectoraux.
Le choix entre ces deux emplacements, avec leurs avantages et inconvénients respectifs, aura été discuté avec votre chirurgien.

LES PROTHESES MAMMAIRES
VOLUME DES PROTHÈSES MAMMAIRES
Le volume des implants est déterminé par les attentes de la patiente ainsi que par le chirurgien en fonction des mesures prises en consultation. Des essayages d'implants et la visualisation de cas similaires opérés aide à déterminer de manière précise le type d'implant qui convient. Le volume choisi des implants mammaires ne doit pas être excessif en raison du risque de vieillissement prématuré des seins.

LA COMPOSITION DES PROTHÈSES MAMMAIRES
L'enveloppe des prothèses mammaires. La paroi des prothèses mammaires est une enveloppe externe multi-couche de silicone. Les caractéristiques de cette enveloppe permettent de limiter radicalement le risque de rupture de prothèse.

Le contenu des implants mammaires.
  • Gel cohésif de silicone
Le gel de silicone assure la souplesse de l'implant pour un résultat des plus naturel. La durée de vie d'un implant en gel de silicone est de 12 ans environ.
  • Hydrogel
C’est la toute dernière substance ayant reçu en 2005 son homologation par l’Afssaps. Il s’agit d’un gel aqueux, composé en grande partie d’eau gélifiée par un dérivé de cellulose. Ce gel, de consistance plus naturelle que le sérum physiologique, est lui aussi résorbable par l’organisme en cas de rupture de l’enveloppe.
  • Sérum physiologique
Il s’agit d’eau salée (constituant à 70 % du corps humain). Ces prothèses peuvent être «préremplies» (en usine) ou « gonflables » (par le chirurgien durant l’intervention). Du fait de leur contenu liquidien (et non gélatineux), elles ont une consistance peu naturelle, forment beaucoup plus de « plis » perceptibles au toucher, voire visibles, et peuvent souvent être victimes de dégonflement brutal et parfois précoce.

DURÉE DE VIE DES IMPLANTS MAMMAIRES
  • Prothèses mammaires en gel de silicone
La durée de vie d'une prothèse mammaire en gel de silicone est d'environ 12 ans. Il n'est cependant pas nécessaire de changer obligatoirement les implants mammaires passé le délai de 10 ans. En effet, s'il n'existe pas de rupture des prothèses mammaires à la mammographie couplée à l'échographie et si le résultat esthétique est toujours satisfaisant, il n'est pas nécessaire de réintervenir, une surveillance annuelle des implants est réalisée.
Les laboratoires fabricants d'implants mammaires offre désormais une garantie des prothèses mammaires à vie, contre le risque de rupture.

L'INTERVENTION
  • Hospitalisation : Une nuit
  • Anesthésie : Anesthésie générale
  • Durée : 1h30
SUITES OPERATOIRES
Les suites opératoires peuvent parfois être douloureuses les premiers jours, notamment lorsque les implants sont de gros volume et surtout s’ils sont placés derrière les muscles.

Un traitement antalgique, adapté à l’intensité des douleurs, sera prescrit pendant quelques jours. Dans le meilleur des cas, la patiente ressentira une forte sensation de tension.
Oedème (gonflement), ecchymoses (bleus) et gêne à l’élévation des bras sont fréquents les premiers temps.
Le premier pansement est retiré après quelques jours. Il est alors remplacé par un pansement plus léger. Un soutien-gorge pourra alors être recommandé nuit et jour pendant quelques semaines.
La plupart du temps, les fils de suture sont internes et résorbables.

Dans le cas contraire, ils seront retirés au bout de quelques jours.
Il convient d’envisager une convalescence avec interruption d’activité d’une durée de cinq à dix jours.
Il est conseillé d’attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive.

RESULTAT
Un délai de deux à trois mois est nécessaire pour apprécier le résultat définitif. C’est le temps nécessaire pour que les seins aient retrouvé toute leur souplesse et que les prothèses se soient stabilisées. L’intervention aura permis une amélioration du volume et de la forme de la poitrine. Les cicatrices sont habituellement très discrètes. Le gain de volume mammaire a une répercussion sur la silhouette globale, permettant une plus grande liberté vestimentaire. Au-delà de ces améliorations physiques, le recouvrement d’une féminité pleine et entière a souvent un effet très bénéfique sur le plan psychologique.